Les armes de l'infanterie: Les mitrailleuses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les armes de l'infanterie: Les mitrailleuses.

Message par steiner61 le Dim 17 Nov - 17:51

Les premières mitrailleuses apparurent dans la deuxième moitié du 19ème siècles, le canon à balles Français utilisé durant la guerre de 1870, la mitrailleuse du Dr Gatling dont la première démonstration fut faites en 1862. Mais la première vrais mitrailleuse entièrement automatique fut créée par un inventeur Américain, Hiram Stevens Maxim.


Hiram Stevens Maxim posant derrière sa mitrailleuse.

La mitrailleuse Maxim différait des autres armes, par le fait qu’elle utilisait les gaz produit par le tir, pour enchaîner les opérations d’approvisionnement, verrouillage, tir, déverrouillage, extraction et éjection.
Vendue et employé par la plupart des grandes puissances, elle fonctionnait par court recul du canon et du bloc culasse. Ce principe est encore utilisé aujourd’hui dans la plupart des mitrailleuses modernes.

Sont emploi durant la guerre des Boers et la guerre Russo-Japonaise prouva qu’une mitrailleuse bien servis, pouvait interdire tout mouvement en terrain découvert et qu’une poignée d’hommes pouvait tenir tête à un effectif bien supérieur.
Au cours de la première guerre mondiale, la plupart des belligérants employèrent des mitrailleuses fonctionnant sur le principe de la Maxim.


Mitrailleuse Allemande Maxim MGO8 en 1914. Au début de la guerre, chaque régiment d'infanterie Allemand possédait une compagnie (la 13ème) à six mitrailleuses.

Sur la zone des combats, l’emploi de la mitrailleuse et de l’artillerie modifia rapidement l’apparence du champ de bataille mais aussi des tactiques. Les combattants s’enterrèrent, tandis que du coté des opérations, les assauts étaient précédés par des pilonnages d’artillerie.
Le rôle de ces préparations d’artillerie, était de provoquer une brèche dans les lignes adverses, en nivelant les tranchées et en mettant l’infanterie adverse hors de combat. L’infanterie devait ensuite nettoyer et tenir le terrain tout en repoussant les contre attaque adverse. Pour cela, il fallait que des mitrailleuses puissent suivre au plus prêt les première vagues d’assaut. Malheureusement, le poids excessif des mitrailleuses  (la Maxim M1908 sur son affût pesait plus de 60 Kg,), sans parler des difficultés du terrain, ralentissait leur mouvement.

Ainsi, quand une position était conquise, très souvent les contre attaques qui s’ensuivaient repoussaient les assaillants.

La plupart des belligérants cherchèrent à mettre au points des armes automatiques plus légères. Les Anglais les premiers mirent au points le fusil mitrailleur Lewis, équipés d’un boîtier chargeur circulaire, l’arme pouvait être servis par un seul homme. En 1918, chaque escouade en possédait une.


Mitrailleuse Lewis. Elle entre en dotation au sein de l'infanterie Britannique en 1915.

Du coté des Allemands, il y eu la MG08/15, qui bien que plus légère pesait quand même 17 Kg. Les Français mirent au point le FM Chauchat, utilisant la même munition que le Lebel. L’arme bien que peut fiable resta en service jusqu'à la fin de la guerre. Certains modèle équipèrent les unités de réserve en 1940, (on ne jette rien, dans l’armée Française ! !)  
Du coté des USA, le FM BAR  équipa l’infanterie. Trop léger pour être un vrai fusil mitrailleur et trop lourd pour être un bon fusil, il équipa les fantassins Américain en 1917/18, mais une version améliorée équipa les GI jusqu'à la guerre de Corée, en 1953 !

Quand éclata la 2ème GM, toutes les armées possédaient des mitrailleuses moyennes ou lourdes ainsi que des mitrailleuses légères ou bien des fusils mitrailleurs. Les différents modèles fonctionnaient soit par emprunt de gaz, soit par action des gaz sur la culasse.

France

Mitrailleuse moyenne Hotchkiss. Très fiable, l'arme avait la particularité d'être alimenté par bande rigide de 24 coups.


Fusil mitrailleur Châtellerault mod. 24/29. Lors de son entrée en guerre, l'infanterie Française pourra s'appuyer sur cette arme très fiable. Elle avait comme particularité d'avoir deux queues de détentes, la première permettait le tir en coup par coup, la deuxième, le tir en rafale.



Angleterre

Mitrailleuse moyenne Vickers. Particulièrement fiable, cette mitrailleuse resta en dotation dans l'armée Britannique jusque dans les années 70'. En 1938, on testa la fiabilité de l'arme en la faisant tirer en continue. On arrêta le tir au bout de 24 heures, sans que l'arme n'ai eu un seul incident de tir !


Fusil mitrailleur Bren. Arme d'appui du groupe de combat, le Bren resta en service jusqu'au début des années 80'.



URSS

Mitrailleuse moyenne Maxim


Mitrailleuse moyenne SG43


Fusil mitrailleur DP28



Allemagne

Les MG 34 et 42 pouvait être utilisé aussi bien comme mitrailleuse légère que moyenne, il suffisait de placer l'arme sur un affût tripode. On pouvait monter sur l'affût un système de visée permettant au tireur d'ajuster son tir tout en restant abrité.

Mitrailleuse légère MG34


Mitrailleuse moyenne MG34


Mitrailleuse légère MG42


Mitrailleuse moyenne MG42

USA


Mitrailleuse lourde Cal. 50 HM2


Mitrailleuse moyenne Cal. 30 M1919A4


Fusil mitrailleur BAR
avatar
steiner61
Admin

Messages : 330
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Marne

Voir le profil de l'utilisateur http://bandesdechampagne.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum